Le Tirage
© 2011Vincent Pandellé/ All rights reserved / Last update Nov 03, 2011 / Please visit this site often as there will be frequent updates.

J'ai passé un bon nombre d'années dans le noir a tirer, entre autre chez Publimod photo ou Jules Steinmetz fut un de mes "Maître" a penser et je continu encore aujourd'hui, en formant des spécialistes ou en travaillant pour moi ou pour des particuliers, amoureux du beau travail et des belles demi teintes

Je vais donc tacher de vous décrire une methode de travail, conciderant que cette methode est probablement en voix d'extinction

Je ne saurais trop vous conseiuller avant toutes operations d'être extrememnt soigneux, extrememnt rigoureuw pour eviter les echecs

Rappellons que l'operation du tirage s'effectue en 13 operations bien distinct:es

- Le placement dans l'agrandisseur, avec le choix des optiques

- L'analyse du negatif

- Le choix du papier et de la Gradation

- La definition du temps de pose et de l'ouverture

- L'exposition et le maquillage

- Le developpement dans le bain de revelateur

(une partie devrait etre consacrée a la constitution des revelateurs et a l'influence des constituants)

- Le bain d'arret

- Le bain de fixage

- Tres important; Le lavage

- Le sechage, eventuellemnt le glaçage

- L'examen de l'epreuve, la repique, la retouche

- Le montage

 

1- Il est indispensable de manipuler les négatifs, qu'ils soient sur verre, sur nitrate, acétate ou polyacétate, avec des gants. c'est une mesure simple pour éviter de laisser des empreintes sur les surfaces toujours sensibles et donc une mesure simple pour contribuer à la conservation du matériel.

l'uree contenue a la surface de la peau a tot fait de se combiner au substrat toujours avide de modification et d'entrainer des alterations quasi irreversibles. il est donx preferable de prevenir que de guerir

Il faut donc examiner à la lumière le négatif, pour retirer les grains de poussière et trouver une position future dans l'agrandisseur qui contribue à faciliter le tirage ultérieur. en effet les lois optiques font que l'image qui sera projettée sur le margeur ou sur le plan de travail, sera une image incersée et donc, le coté droit du négatif devient le coté gauche là ou il est prejetté. Ensuite on procède au placement dans le "passe vue" puis dans l'agrandisseur. Il se peut qu'on soit obligé de délimiter le négatif avec du scotch inaactinique ou avec un cache.

Une fois cette opération effectuée on peut placer l'optique correspondant au type de tirage que l'on va effectué. Selon le format du négatif et du tirage, on utilisera l'optique adaptée à cette configuration

Par exemple, pour tirer un négatif de format 24x36 en 50x60, j'utilise une optique de 50mm de focale et pour un 6x6 ou un 6x7, j'utilise un 80 mais je peux monter un 150 pour des epreuves de petites dimensions

2- Analyse du négatif. C'est un des point importants du tirage. on doit allumer l'agrandisseur et on va définir quels seront l'ouverture et le temps de pose, en fonction du négatif et du révélateur qu'on utilise

Il est primordiale de prendre l'habitude de "Jauger" le négatif à l'oeil, bien qu'on puisse le faire avec un electrodensitomètre. il est primordiale de savoir juger des écarts nommé aussi "delta d".

en effet c'est ce Delta qui va déterminer quel sera la gradation du papier que l'on utilisera, car le delta déterminant les ecarts de densité max, détermine le contraste de l'image. On choisira donc la gradation du papier en fonction du rendu que l'on souhaite obtenir sur l'épreuve finale. Généralement du papier peu contrasté pour un négatif contrasté et du papier contrasté pour un négatif "mou", peu contrasté. Il faut une longue expérience du labo pour savoir juger tous les types de négatifs; il m'arrive encore de me tromper

On dit de la même manière pour un négatif ou un tirage, que l'image est "molle" ou "dure"

Cette analyse permet la détermination du papier à utiliser et du temps de pose

3- Détermination de la gardation du papier

C'est une question très subjective. Le tireur, s'il travaille avec un client, obtiendra de lui des informations quant à ses souhaits concernant le rendu finale du tirage. tirage dur, a la façon de Newton ou de Michael Ackerman , tirage tres nuancé à la manière d'ansel Adams, tirage pour la presse (doux et clair) les possibilités sont quasi infinies et c'est au tireur d'interpretté les exigences du client ou les siennes, afin d'obtenir les meilleurs résultats

4- Détermination du temps de pose

Le choix du papier ayant été décidé, nous allons définir le temps de pose global d'exposition du papier. Il faut découper une petite bande de papier vierge sur une feuille, choisir une zone de l'image qui couvre la gamme la plus vaste de valeur de gris et si possible d'écarts de densités max, puis, juger de ce que sera le temps de pose globale et l'ouverture de l'optique. Poue ma part, j'ai pris l'habitude d'utiliser un temps de pose fixe qui me permet de "maquiller" et qui me permet surtout de savoir tres rapidement quel sera l'ouverture du diaphragme que je vais utiliser en fonction du négatif. par exemple vous pourriez toujours, systématiquement, poser 10 secondes pour toutes vos épreuves quelque soit les négatifs et faire varier le diaphragme pour obtenir le bon résultat en multipliant ce temps de pose pour effectuer le maquillage supplémentaire. Puis, il faut en fonction de ces paramètres exposer le bout d'éssai. On peut, exposer ce bout d'essai en deux temps par exemple, c'est a dire en le recouvrant a moitié par exemple, d'un cache en carton. On retire ensuite, apres la première exposition, le cache en carton ayant recouvert la moitié du bout d'éssai et on expose une seconde fois. Ainsi une des partie sera exposée deux fois.

On révele ensuite le bout d'éssai en respectant les temps de developpement, dans les conditions dans lesquelles seront réalisées l'épreuve finale

5- Tirage et Maquillage

Pour ma part je travaille absolument sans autres éléments que mes mains. mes doigts me servent à retenir, a masquer à maquiller, a rajouter de la lumière.

Comment procéder? je place dans le margeur ou sur mon plan de travail, le papier que je vais utiliser et en fonction du temps de pose et du papier que je vais utiliser, il arrive que je réduise la lumière qui me sert a éclairer le labo. parfois je coupe les lampes inactiniques jaunes qui peuvent "voiler" le papier.

L'analyse du négatif m'aura permis de me rendre contre quelles sont les plages d'ombres qu'il va falloir ou retenir ou renforcer en fonction du rendu souhaité et de la même manière les zones de hautes lumières

Le "maquillage" consiste avec les mains a retenir, c'est a dire a empecher par l'interposition de la ou les mains entre la source lumineuse et la feuille de papier, la lumière par des gestes souples, et plus ou moins lents, en ayant pris soin de donner à la main la forme adaptée au maquillage nécessaire

Concernant le rajout de lumière, on fait en général une forme avec les deux mains, un espèce d'orifice par lequel va passer la lumière et qui va permettre d'ajouter de la lumière sur les zones qui en manquent.

 

6- Le developpement

une fois le tirage executé, il faut développer l'épreuve, ce qui consiste à la plonger dans le bain de révélateur, la face vers le bas puis, tout en remuant légèrement pour éviter les éclaboussures et empecher que des bulles d'air ne se forment sous la feuille, de tenir compte des préconisations des fabricants, ou, si l'on réalise soi même les révélateurs, jusqu'à l'obtention de l'image finale, en tenant compte qu'au séchage, les photographies prennent environ 10% de densité supplémentaire et un peu plus pour les papiers mat

Je vous renvois aux: constituant des révélateurs et des produits de laboratoire pour de plus amples informations concernant leur fabrication et leurs usages.

Certaines précautions sont à prendre concernant le maniement des pinces de laboratoire. Eviter si posibble de tremper les pinces dans les différents bains, principalement du fixateur vers le révélateur et éviter aussi de laisser glisser les épreuves dans les pinces, le glissement provoque des micro coupures de la couche image qu'il faudrait ensuite retoucher

7- Le bain d'arret

Comme son nom l'indique, le bain d'arret sert a stopper l'effet des réducteurs. On utilise de l'eau et de l'acide acétique dilué a 5 ou 10%. l'acidité dans ce sens ne pose pas de probleme. On passe simplement le tirage dans le bain, on le retire et après l'avoie egoutté quelques secondes, on le plonge dans le bain suivant

8- Le fixateur

Ce bain est primordial. c'est celui qui, à la création de la photographie a posé le plus de probleme a Nicéphore Niepce. il a travaillé 20 ans pour résoudre le probleme de la fixation de l'image. ce bain sert a fixer l'image sur le papier en éliminant les sels résiduels, c'est a dire qui n'ont pas été réduits à l'état métal et qui sont encore sensible.

L'hyposulfite de soude ou de sodium, appelé aussi thiosulfate à cependant l'inconvénient de contenir du souffre qu'il faudra éliminer dans le bain suivant

9- Le lavage

comme pour le bain précédant, le lavage est primordiale, je dirai même plus que c'est le bain le plus important quant à la conservation des phototypes

 

Retour Labo
Acceuil
Liens

contact